• La newsletter de Pôle emploi
    Le Fil des Elus
    & Partenaires

    Actualités | Initiatives | Perspectives
Jeudi 16 décembre 2021 tagGrand Est

Pôle emploi et la filière textile : du cousu main !


Les entreprises vosgiennes de l'industrie textile à la recherche des compétences

Afin de mieux appréhender les spécificités des postes à pourvoir et l'évolution technologique des métiers, les conseillers Pôle emploi de l’agence de Gérardmer ont visité l'entreprise Garnier-Thiebaut. 

Le dirigeant, Paul de Montclos, qui est par ailleurs Président du Syndicat Textile de l’Est,  leur a présenté les métiers allant du  tissage à la confection en passant par la teinture. 

 

De prochaines visites sont prévues, cette fois-ci pour des demandeurs d’emploi en vue de découvrir ces métiers et les perspectives d'insertion et d'évolution professionnelles.

 

Les actions de recrutement continuent pour la filière textile (cf Nos équipes en action n°2). En septembre 2021, l'entreprise 1083 à Rupt-sur-Moselle a poursuivi sa collaboration avec pôle emploi Remiremont et la mobilisation de la MRS.  10 nouveaux demandeurs d'emploi ont intégré une session de formation au Lycée E. Gallé et 4 autres ont directement signé un contrat de travail.

 

JACQUARD Français : découverte d’une entreprise phare du textile français au cœur des Vosges

Nichée au creux de la vallée, à proximité du lac du même nom, Gérardmer reste attachée à la tradition textile avec nombre d’entreprises performantes comme Linvosges ou encore Le Jacquard Français. C’est cette dernière qui a eu l’idée d’ouvrir larges ses portes aux demandeurs d’emploi pour une visite de ses ateliers et une découverte de l’ensemble de ses métiers le 9 novembre dernier. A la manœuvre, Dorine Robert, conseillère entreprise, joue les GO pour susciter l’intérêt et pourquoi pas une vocation auprès des demandeurs d’emploi ! 

 «Pour bien placer les demandeurs d’emploi et répondre au mieux aux besoins des entreprises, il faut absolument bien connaître les activités, les métiers des entreprises et leurs produits. On ne parle bien que de ce que l’on connaît bien. Selon moi, la visite entreprise est intimement liée à notre expertise professionnelle. C’est pourquoi j’ai souhaité faire découvrir le Jacquard Français, grande entreprise du groupe Elis » lance Dorine Robert, convaincue de l’efficacité de la démarche.

 

Le Jacquard Français, une référence depuis plus de 130 ans

Depuis 1869 et l’installation de Benjamin Baer à Gérardmer, berceau de l‘industrie textile, comme «fabricant de toiles», c‘est-à-dire marchand-revendeur de pièces tissées par des paysans travaillant à domicile, Le Jacquard Français n’a cessé de se développer et d’innover.  Aujourd’hui, c’est une véritable référence du linge de table et de maison haut de gamme, en France et à l’étranger. La marque truste notamment les corners des enseignes les plus prestigieuses comme Galeries Lafayette, Le Printemps, Le Bon Marché en France, ou encore Harrods à Londres et La Rinascente à Milan. 

Ces produits sont le fruit d’un savoir-faire de plus de 130 ans dans l’art du tissage jacquard. Cette technique, inventée au 19è siècle par Joseph-Marie Jacquard, permet l‘automatisation du tissage d‘un tissu damassé. C’est dire l’histoire, la tradition, le savoir-faire qui entourent cette entreprise géromoise qui voit aujourd’hui ses effectifs vieillir, et les départs à la retraite se multiplier. «Clairement, ils recrutent ! 

Le 9 novembre, M. Durand, contremaître, nous a guidés dans un tour des chaînes de production pour présenter les métiers : tisserands, noueurs (installation des chaînes sur les métiers à tisser), visiteurs (contrôle qualité), piqueurs, bobineurs et magasiniers. Ce sont des métiers hyper techniques et M. Benoit s’est vraiment attaché à répondre le plus simplement possible aux nombreuses questions des 10 visiteurs » détaille Dorine.

 

Découvrir des métiers pour susciter des vocations

Plongé dans ces métiers entre art et industrie, certains demandeurs d’emploi se révèlent. Comme Nathan, 26 ans, déjà attiré par les métiers artistiques. Lui s’imagine bien dans la peau d’un tisserand. «On lui a donc proposé directement une PMSMP et ça lui plaît. Du coup, nous allons étudier la possibilité de mettre en place une action de formation préalable au recrutement dans la foulée » explique Dorine Robert. 

Julie, quant à elle, se focalise sur le contrôle qualité. Pour elle, c’est le métier de visiteur qui remporte ses suffrages. «Même s’il n’y a pas de poste à pourvoir dans ce métier, l’entreprise n’est pas hostile à la réalisation d’une immersion dans un avenir proche. Les autres participants vont prendre le temps de la réflexion. Certains restent par contre déconcertés par le niveau sonore élevé de ce type d’activité». 

Demander après la visite dans quel type de métier se projettent les demandeurs d’emploi fait partie de la démarche initiée par Dorine. «C’est ma façon de procéder : faire découvrir des métiers qui peuvent susciter des vocations. D’autant plus qu’en ce moment, les opportunités ne manquent vraiment pas. »

Jeudi 16 décembre 2021 tagGrand Est
Derniers communiqués
  • Vendredi 11 mars 2022
    Faire des valeurs du sport un véritable levier pour l’emploi en Grand-Est [voir l'actualité]
  • Vendredi 11 mars 2022
    Découvrez le calendrier 2022 « Du stade vers l’emploi » [voir l'actualité]
  • Jeudi 16 décembre 2021
    FAIRE FACE AUX DIFFICULTES DE RECRUTEMENT, UNE PRIORITE EN GRAND-EST [voir l'actualité]
  • Jeudi 16 décembre 2021
    Découvrez nos prochains évènements : 68H’ CHRONO ! dédiées aux secteurs du commerce et de l’artisanat [voir l'actualité]
  • Mardi 5 octobre 2021
    LA FORMATION DES DEMANDEURS D’EMPLOI, UNE PRIORITE EN GRAND-EST [voir l'actualité]
Voir toutes les actualités